Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

Nos missions

Le service des archives de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) est chargé principalement :

  • De la collecte, du classement, de la conservation, de la mise à disposition des archives de l’institution au public (professionnel et grand public)
  • De la valorisation des archives administratives et hospitalières de l’AP-HP, anciennes et contemporaines, écrites et iconographiques
  • Du conseil, de l’expertise et du contrôle des bonnes conditions d’archivage intermédiaire au Siège de l’AP-HP et dans ses établissements hospitaliers.

Il comprend également une bibliothèque spécialisée en histoire hospitalière et, plus largement, en histoire sociale.

Introduction :

Le service des archives de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) conserve les archives anciennes des principales institutions charitables et médicales créées depuis le Moyen-âge à Paris (et en région Ile-de-France), ainsi que les archives contemporaines des services administratifs de la Direction de l’AP-HP  et des hôpitaux actuels. Qu’elles soient médicales ou administratives, anciennes ou contemporaines, écrites ou iconographiques, les archives témoignent de l’activité de l’ensemble des établissements de l’AP-HP et de son administration, du XIIe siècle à nos jours.

En vertu d’une convention signée avec l’Administration des archives de France, du 29/09/2010, l’AP-HP jouit d’une autonomie de gestion et de conservation de ses archives : elle peut ainsi valoriser elle-même son patrimoine écrit, mémoire de l’institution dont elle retrace l’histoire au long des siècles. Au-delà de la seule histoire de l’hôpital ou de la santé en général, les archives hospitalières représentent une source importante pour l’histoire démographique, économique et sociale de Paris et ses environs.

Actuellement, les collectes régulières d’archives médicales et administratives au Siège et dans les établissements de l’AP-HP continuent cette mission de préservation de la mémoire hospitalière, à des fins culturelles ainsi qu’à des fins administratives de gestion.

Historique du service

L’intérêt et la volonté d’assurer la bonne conservation des archives des établissements hospitaliers se manifestent dès le Moyen Âge.

L’Hôtel Dieu, pour la bonne gestion de son établissement, institue à la fin du XVIIe siècle un poste de « garde des archives ». Il décide également le 16 octobre 1733 de construire rue Saint-Pierre-aux-Bœufs sur l’île de la Cité « un bâtiment solide et de pierre, composé de différents étages tous voutés dont les plus élevés serviront à renfermer les archives » […] « pour [les] garantir des accidents du feu », pour un coût de 137 000 livres (délibération de l’Hôtel Dieu, 16 octobre 1733, liasse 1438, carton 103). Les archives s’installent dans ces nouveaux locaux en 1740.

En 1801, à la création du Conseil général des Hospices et hôpitaux de Paris, un service confié au Secrétariat général est spécifiquement créé pour la conservation des archives. Il dispose du bâtiment construit en 1733 rue Saint-Pierre-aux-Bœufs par l’Hôtel-Dieu pour conserver les archives de l’ensemble des établissements. En 1846, les fonds sont transférés rue Neuve-Notre-Dame, là où est logée l’administration centrale. Après la création de l’Assistance publique des hôpitaux et hospices de Paris (1849), les archives sont de nouveau transférées place de l’Hôtel-de-Ville dans le nouveau « chef-lieu » ou Siège. Les fonds sont alors constitués de pièces administratives de gestion (titres domaniaux, documents comptables, états de personnel) et de pièces liées à la prise en charge des malades.

Lors de l’incendie du 25 mai 1871, seules 12 caisses entreposées in extremis dans les caves à l’initiative de l’archiviste Brièle, sont sauvées des flammes. 21 fonds anciens sur 28, 49 armoires sur 69 sont détruits dont quasiment toutes les archives de l’Hôpital Général, ce qui représente plus des trois-quarts des fonds conservés au Siège. Suite au décès de l’archiviste Brièle en 1893, les archives sont laissées à l’abandon. En janvier 1904, le conseil municipal de Paris se prononce favorablement pour le maintien d’un service d’archives au sein de l’Assistance publique, avec son rattachement administratif au cabinet du directeur général.

En 1947, le service des archives quitte les locaux de l’avenue Victoria pour la rue des Minimes, dans le 3e arrondissement de Paris. Pour répondre à la production accrue d’archives due à l’augmentation de l’activité des établissements et services de l’AP-HP, une cité des archives est créée en 1983 à l’hôpital Bicêtre sous le bâtiment Broca, qui peut accueillir 30 km d’archives. En 2004, la photothèque de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, située rue des Fossés-Saint-Marcel, est rattachée au service des archives. Quant aux dossiers de patients, l’AP-HP a fait le choix, depuis une trentaine d’années, de les externaliser chez un prestataire, dont l’activité est placée sous le contrôle scientifique et technique du service des archives.

Depuis le 1er janvier 2017, le Service des archives de l’AP-HP fait partie, avec le musée de l’AP-HP, du Département des patrimoines culturels (DPC), lui-même rattaché à la Direction générale. Il est dirigé par un conservateur général du patrimoine, détaché du corps des conservateurs du patrimoine de l’État.