Grand Bureau des Pauvres (1544-1791)

Les lettres patentes en date du 7 novembre 1544, fondent et établissent le Grand Bureau des Pauvres 1. Par ces lettres, François 1er délègue au Prévôt des marchands et aux échevins le soin des pauvres parisiens. Jusqu’alors, le Parlement avait la direction des secours a domicile. La création du Grand Bureau enlève ainsi au Parlement sa contribution au soulagement des pauvres et a l’extinction de la mendicité ; de même qu’elle le prive de la conduite de la police des pauvres.

L’instauration de l’administration du Grand Bureau correspond a un double objectif : la contribution au soulagement des pauvres et le recul de la mendicité a Paris. Sa charge consiste a secourir les personnes âgées et les enfants de toutes les paroisses de Paris et de ses faubourgs, qui ne sont pas en mesure de gagner leur vie. Pour cela, il dispose de divers moyens. Il assiste par le travail les personnes valides ; il distribue des secours en argent et en nature aux nécessiteux ; il organise un service médical a domicile ; il hospitalise les malades et les infirmes dans les deux maisons hospitalières qu’il gère : la Trinité pour les enfants, l’hospice des Petites Maisons pour les malades aliénés, vénériens ou teigneux.

Installé dans une maison place de Grève, le Grand Bureau des Pauvres y demeure jusqu’a la Révolution 2. Sur le plan administratif, le Bureau est dirigé par le procureur général du Parlement 3. Il se compose de commissaires élus et d’un conseil supérieur.

Sur l’activité de cette administration, nous disposons de registres d’admissions du XVIW siècle et de quelques pièces éparses. Puisque le Grand Bureau des Pauvres gère deux maisons hospitalières, les Petites Maisons et la Trinité, nous vous invitons vivement a consulter les fonds de ces deux structures 4.

Le manuscrit de Bordier sur les archives des établissements de bienfaisance 5 vous fournira quelques données sur le fonds du Grand Bureau des Pauvres.

  1. Dans certains ouvrages, cette administration est désignée sous le nom de Bureau Général des Pauvres ou Grand Bureau des paroisses de Paris ; (A-1932. III, p. 472).
  2. L’administration acquiert le bâtiment en 1613 ; elle y reste jusqu’en octobre 1789 ; (36 FOSS 1).
  3. Voir (D-1, p. 6).
  4. Voir dans cet ouvrage leurs notices respectives.
  5. Voir (D-124. I, p. 1-3).